Du dessin à la sculpture céramique

 


 L'artiste a cristallisé son travail sur l'être féminin pour com-prendre son image. La découverte de la céramique a été décisive dans son évolution plastique. Aujourd'hui elle incorpore l'objet a ses sculptures pour les rendre plus contemporaines

L'artiste est née à Besançon en juilet 1962. Depuis l'âge de trois ans, elle cristallise son attention sur le dessin et la peinture. 

Elle adore représenter des personnages et son rêve le plus cher est de devenir artiste comme Picasso, son peintre préféré. Elle passe son enfance à dessiner. Ses parents, ses amis, ses professeurs la considèrent déjà comme une artiste. A douze ans elle commence l'apprentissage du dessin puis de la peinture aux Beaux-Arts de Besançon (1974-1981). A Dix neuf ans son bac littéraire en poche, elle entre en facultés d'Arts plastiques à Paris I (Panthéon-Sorbonne) où elle développe en dix ans une technique graphique gestuelle très expressive, qui est la base de son travail plastique (1981-1991). Pendant ces dix années d'études d'Art, elle est fascinée par l'oeuvre d'Egon Schiele (peintre expressionniste Allemand) et trouve peu à peu son expression dans le fusain et la gestuelle que lui inspire le matériau (1983-1991). Ses dessins sont d'abord centrés sur l'Autoportrait puis sur le corps féminin. Ils expriment un mal être existentiel. Peu à peu, grâce à son travail graphique et plastique, l'artiste délie les noeuds qui l'oppressent. Son travail est si intense l'année de son D.E.A d'Arts-Plastiques (1987) qu'elle pense avoir tout dit, tout délié, trop vite pour digérer la progession qui s'est opérée en elle par le graphisme. Elle n'a plus envie de dessiner, mais plutôt de toucher, de creuser, d'édifier des volumes. En 1987, elle a 25 ans lorsqu'elle découvre la sculpture céramique, le modelage d'après modèle vivant.  Cette nouvelle approche de la représentation bouleverse sa façon de voir et de travailler. Elle tatonne et teste la terre, ce matériau capricieux et magique, qui la fascine et l'absorbe totalement jusqu'à lui passer l'envie de dessiner. Elle apprend à regarder différemment et à voir en trois dimensions. Le regard du sculpteur n'a plus rien à voir avec celui du dessinateur ou du peintre, il est dans le réel, il doit deviner la structure et poser le volume exact devant lui. Il doit creuser, malaxer, ajouter, retirer...Il guide la matière et le volume avec sa main et son oeil en même temps. Plus Elisabeth travaille plus elle s'aperçoit que son oeil touche et sa main voit. Elle devient extrèmement précise peu à peu dans son approche du volume et comprend qu'elle est prête à tranmettre sa connaissance à d'autres qui ont envie de sculpter et n'ont pas d'atelier. Elle ouvre l'Atelier Terre & Toile en 1997 dans le treizième arrondissement de Paris avec son compagnon, Erik Costa de Beauregard qui va donner des cours de peinture. Néanmoins, c'est l'activité de sculpture qui se développe le plus et envahit l'atelier.

Retour